Uncategorized

Comment financer la création de sa propre entreprise ?

Pour démarrer une activité, il est indispensable de disposer des fonds nécessaires. Mais comment réunir l’argent ? Réponses dans la suite.

Les propres fonds

Pour créer son entreprise, il est possible d’opter pour le financement sur fonds propres. Les fonds propres se divisent en 2 catégories : apports en compte courant et apports en capital. Les apports en capital sont les financements des associés qui contribuent au lancement de l’activité. Cette somme investie dans l’entreprise doit y rester et elle n’est pas remboursable. Les apports en compte courant sont des genres de prêts octroyés par des associés. Ils sont remboursables et rémunérés.

La love money

Il s’agit d’une participation des proches et des membres de la famille aux frais de démarrage d’une activité. Cela permet à la fois d’aider un ami dans le besoin et de bénéficier d’exonération fiscale.

La subvention publique

Les entrepreneurs peuvent aussi recevoir des dons et aides de la part d’établissements publics pour concrétiser leur projet. Les aides publiques peuvent être reçues avant la création de l’entreprise, au cours d’une reprise ou au moment de la mise en œuvre de nouveaux projets entrepreneuriaux. La banque publique Bpifrance accorde des crédits de 2 000 à 7 000 € aux fondateurs d’entreprise. Ce sont des prêts non garantis et exempts de caution personnelle qui sont octroyés en supplément d’un crédit bancaire. Pour y être éligible, l’entreprise doit avoir moins de 3 ans d’existence et ne pas avoir bénéficié d’un autre financement dans une période de 2 ans ou plus.

Les aides régionales

Le Pays de la Loire et la Basse Normandie offrent une prime régionale aux créateurs d’entreprise. En Ile-de-France, 182 millions d’euros par an de financement sont alloués à plus de 10 000 entreprises sous forme d’aide.

Les prêts d’honneur

C’est un type de financement des entreprises dont le capital accordé va de 2 000 à 50 000 €. Les prêts d’honneur sont attribués aux créateurs et aux repreneurs d’entreprise. C’est un prêt sans intérêt, sans garantie et sans caution personnelle. Mais son attribution est soumise à la décision d’un jury.

Le prêt bancaire

Les banques proposent des prêts aux entrepreneurs pour la réalisation de projets à but lucratif. Mais pour obtenir ces crédits, il faut mettre un bien en garantie et apporter des fonds propres. L’apport personnel finance généralement 50 % de la réalisation du projet. Il est conseillé de comparer les crédits bancaires avant d’en souscrire un pour décrocher le prêt le moins cher à rembourser et le plus avantageux. Pour ceux qui ne parviennent pas à faire un prêt bancaire, ils devront recourir au microcrédit.

Le leasing ou crédit-bail

Le crédit-bail permet d’acheter un local professionnel ou l’équipement nécessaire à l’activité. Cette option de financement est intéressante pour les entrepreneurs qui n’ont pas d’apport personnel. L’emprunteur louera le bien acquis pendant une durée prédéterminée à la fin de laquelle il pourra l’acheter. Le problème avec le leasing est son coût élevé par rapport à celui d’un prêt bancaire habituel.

Le financement participatif ou crowdfunding

C’est un financement en ligne. Pour l’obtenir, il suffit de demander aux internautes (particuliers et professionnels) de financer son projet. Les créanciers pourront donner les sommes qu’ils veulent. En contrepartie, les initiateurs du projet peuvent les remercier en argent ou en nature.

Les business angels

Les business angels sont des personnes physiques qui investissent dans un projet prometteur et innovant auquel ils sont sensibles. Les business angels injectent en moyenne 132 000 euros dans chaque entreprise. Le financement des business angels est un argument en faveur des entreprises car elles peuvent exploiter l’image et la notoriété du bailleur pour attirer d’autres investisseurs.

Leave a Comment

Powered by themekiller.com